Histoire

En 2015, le centre d'accueil pour les réfugiés 'Peeterskasteel' a été ouvert à Scherpenheuvel. Cette même année, l'école 't Karakolleke a lancé un appel pour collecter des vêtements pour les gens du centre. Le comité des parents était responsable de la collecte et du tri des vêtements. Avec six autres bénévoles, Nicole Joillet s'y est consacrée. Ils ont collecté et trié les vêtements au refuge. Nicole s'est engagée à y donner des cours de tricot, de crochet et de couture également. D'autres bénévoles ont organisé l'aide aux devoirs, des cafés de discussion, des excursions et des activités ludiques. La collection de vêtements a connu un tel succès que l'espace dans l'abri n'était plus suffisant.

'Den Tember' a ouvert ses portes en 2018. Caritas International.be a payé le loyer de l'immeuble (un ancien centre de tri postal) à La Poste et a loué une partie de l'immeuble à la Voedselbank. Nicole a volontairement pris en charge la coordination. Avec la bénévole Lisette, elle continue de gérer le centre jusqu'à ce jour.

À propos du fonctionnement quotidien

La volontaire Nicole explique : "Les volontaires du refuge viennent ici pour aider aux activités : nettoyer les armoires, vider les boîtes, étendre les vêtements, polir. C'est un groupe coloré : Irakiens, Iraniens, Syriens, Salvadoriens, Palestiniens, Nigérians, Somaliens, Burundais, ... . Je vois beaucoup de cultures différentes. L'Irak et l'Iran sont ennemis l'un de l'autre, et pourtant je ne vois jamais de désaccord ici. Ici, à Den Tember, ils travaillent ensemble. Et ils aiment venir, parce qu'ils viennent me demander de l'aide. Je pense même que je dois prendre un virage".

"Quand le refuge est arrivé ici, il y a eu beaucoup de protestations dans le voisinage. Mais je pense ensuite : mon propre père a été fait prisonnier de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Ma mère a dû fuir avec mes deux sœurs et ses beaux-parents. J'espère ne jamais avoir à vivre cela. Je respecte les réfugiés qui viennent ici. Quand j'entends d'eux ce qu'ils ont vécu... Bien sûr, il y a des choses qui me dérangent parfois, mais je les respecte et ce respect est mutuel".

"Les visiteurs de Den Tember sont les habitants du château de Peeters et les réfugiés reconnus de Diest, Aarschot et Bekkevoort ainsi que les personnes qui ont été transmises par le TCA de Diest et le CPAS. C'est principalement grâce au bouche-à-oreille qu'ils arrivent ici. La banque alimentaire est ouverte aux personnes qui ont été redirigées du CPAS et aux réfugiés reconnus".

"Les gens apportent des choses pendant les heures d'ouverture. Il s'agit de vêtements, d'équipements pour bébés, de serviettes de bain et de cuisine, d'articles ménagers, mais aussi parfois d'un canapé-lit ou d'autres meubles. Je ne refuse rien. Les choses qui ne suffisent pas - des vêtements troués ou tachés qu'on ne peut pas enlever - nous les apportons à De Bremberg, un foyer pour personnes handicapées, qui vend les vêtements au poids à un homme en chiffon et en os. Les recettes sont destinées à De Bremberg. Nous lavons les vêtements sales. Ensuite, nous trions tout en fonction de la taille. Nous apportons les armoires, les tissus et les sièges de voiture dans le magasin un par un, pas tous en même temps, nous faisons attention à eux. Les livres que nous apportons sont vendus chaque année sur le marché des produits régionaux de l'abbaye d'Averbode. Ici, nous utilisons les recettes pour l'opération".

Caritas Vlaanderen Den Tember

Photo: Volontaire Nicole Joillet à Den Tember

Quelques témoignages

Nicole, volontaire, déclare : "Des gens de tant de nationalités différentes viennent ici, chacun avec sa propre histoire. Parfois, les gens fuient parce qu'ils sont menacés. Par exemple, j'ai entendu des Salvadoriens dire que leurs fils avaient un peu grandi et que les gangs venaient à leur porte pour recruter. Les Talibans ont exigé d'un Afghan qu'il partage les informations stratégiquement importantes qu'il avait recueillies dans le cadre de son travail. D'autres fois, les mauvais traitements en sont la cause. En Afghanistan, par exemple, les veuves ont pour tradition de devoir se remarier avec le frère de leur mari décédé, et les filles sont parfois mariées très jeunes sur la base de critères financiers. Les droits des femmes sont parfois sous pression, et quand on les défend, cela peut coûter cher, comme une Burundaise que j'ai rencontrée ici".

"Je suis étonné de voir combien de réfugiés sont bien éduqués dans leur pays d'origine. Ils y avaient fait carrière et ont dû repartir de zéro. Ici, ils ne parlent pas la langue, mais sont poussés à apprendre et à avancer dans leur vie. D'autres sont analphabètes et lorsqu'ils sont envoyés, sans parler couramment notre langue, au service de l'immigration à Bruxelles, il est nécessaire de les soutenir. Après une connaissance et lorsqu'ils peuvent me faire suffisamment confiance, je les accompagne dans les transports publics jusqu'au Service. Et si les entretiens au Service ne sont pas trop mauvais, nous prendrons un autre thé ensemble (rires). (rires) Mais il y a aussi des moments où ils reviennent épuisés et déçus d'une telle conversation, et alors je les rattrape du mieux que je peux".

"Pendant qu'ils attendent ici leur reconnaissance, leurs enfants peuvent aller à l'école, et je suis heureux d'entendre que les enfants réussissent bien à l'école. D'autres enfants sont moins chanceux, ont besoin d'un suivi médical après ce qu'ils ont vécu dans leur pays d'origine. Parfois, je les accompagne chez le médecin".

 "Je ne sais pas ce que l'avenir réserve à Den Tember, mais je peux voir à quel point ce centre est nécessaire. Les gens se sentent utiles ici. Souvent, ils ne connaissent pas le système des vêtements de seconde main et en font une expérience positive. De plus, ce n'est pas seulement un centre de distribution de vêtements, mais aussi un lieu de rencontre".

Lizette, volontaire, qui coordonne les opérations quotidiennes de Den Tember avec Nicole, déclare : "Je suis à la retraite et je cherchais une activité de loisir utile. Non seulement je suis actif ici, mais je fais aussi du bénévolat à Samana, Okra et dans la maison de retraite. Je le fais avec une motivation chrétienne. À Den Tember, j'ai été recruté, car je suis bénévole à la De Voedselbank. Je vide les sacs de vêtements collectés, je trie les vêtements et je garde les choses en ordre ici".

"Je préfère rester en arrière-plan que Nicole. Le contexte de nos visiteurs ne m'intéresse pas. Je suppose que lorsque les gens viennent ici, ils en ont juste besoin. Je ne pense pas non plus que je puisse les aider autrement qu'en leur apportant une aide pratique. Je ne connais pas le chemin vers les autorités. J'écoute juste leur histoire et parfois nous nous accrochons les uns aux autres."

* Nom fictif

En pratique

Den Tember
Ernest Claesstraat 69
3271 Scherpenheuvel-Zichem
Google maps

Heures d'ouverture :
Mercredi : 9h30 - 16h30
Troisième samedi du mois : 10h - 16h